• Envoyez vos Leaks, Alertes et Videos au +37362133275 (WhatsApp)

Espagne : Ibrahima Ndiaye plante 50 coups de couteaux à sa petite amie et risque 28 ans de prison

Ibrahima Ndiaye est dans de beaux draps. Notre compatriote établi en Espagne risque gros. Il a été jugé ce vendredi devant la Cour provinciale de Lugo. Il est accusé d’avoir assassiné sa petite amie dans la nuit du 8 au 9 avril, en lui donnant 50 coups de couteaux.

Le procureur en charge de son dossier a demandé 28 ans de prison en son encontre. Les Echos qui rapporte l’information renseigne aussi que le présumé meurtrier aurait mis sa victime dans la malle d’une voiture abandonnée, après son forfait. Et la dame serait morte deux heures plus tard. Le délibéré est attendu durant ce mois de juin.

Faux billets : Thione Seck bientôt jugé

Le juge d’instruction en charge de l’affaire Thione Seck a bouclé son enquête. Selon Les Échos, qui donne l’information, c’est le signe que le chanteur sera bientôt édifié sur son sort.
Le leader du Raam Daan a été arrêté le 20 mai 2015 chez lui et inculpé, en même temps que son présumé complice, le Malien Alaye Djitté, pour association de malfaiteurs, altération de signes monétaires ayant cours légal à l’étranger, blanchiment d’argent et tentative d’escroquerie.

Si Thione Seck bénéficie d’une liberté provisoire depuis février 2016, ce n’est pas le cas pour Alaye Djitté. Les demandes de liberté provisoire de ce dernier ont été jusque-là rejetées. La justice craindraient qu’il prenne la fuite.

DIAXAAL PRÉSIDENTIEL À PATAR : Dix millions de francs, deux billets pour la Mecque, le fils de Fallou admis pupille de la Nation, la veuve et un frère du défunt ôtés du chômage.

 » Je suis là en qualité de chef de délégation du Président de la République !  » Voilà qui a servi d’entame à Mme Aminata Tall pour confirmer à la famille Sène de Patar, que le Chef de l’État tenait à partager leur peine suite à la mort par balle de l’étudiant Fallou Sène lors d’echauffourées entre forces de l’ordre et étudiants à l’Université Gaston Berger.
La Présidente du Conseil Économique, Social et Environnemental de poursuivre son discours, précisant que la délégation était destinée à témoigner de sa compassion à la famille éplorée après avoir présenté lui-même ses condoléances au peuple Sénégalais. Aminata Tall de confier que le chef de l’État souhaite, plus que quiconque, que plus jamais pareil événement ne se reproduise. Elle réaffirme la ferme volonté de ce dernier de ne point laisser impunie la mort de l’étudiant et ce, après  » des mesures conservatoires qu’il a déjà prises, en relevant à la fois le recteur de l’Université concernée et le directeur du Crous…  » Cela veut dire que le message est à l’adresse de toutes les personnes impliquées dans le processus du paiement des bourses aux étudiants. C’est un homme attaché aux études puisque les jeunes et les études constituent l’avenir du Sénégal. Un tel événement est un coup dur pour tout le monde, mais c’est inattendu.  »
Aminata Tall d’ajouter que la peine du Chef de l’État a été immense.  » On n’a pas pu mesurer la peine qui habite le Président depuis que le drame est survenu. Il n’a cessé de poser des actes qui prouvent que réellement cet événement le prend à cœur.  » Une somme de dix millions sera donnée à la famille, deux billets pour la Mecque et une promesse de trouver du travail à la veuve et à un frère de Fallou. Cheikh Séne, du nom de l’enfant orphelin, est désormais considéré comme pupille de la Nation.
Aminata Tall était accompagnée du ministre de la jeunesse Pape Gorgui Ndong, du ministre, conseiller personnel du Président de la République Mor Ngom, directeurs généraux, de responsables politiques et de membres des centres des œuvres universitaires. » Je suis là en qualité de chef de délégation du Président de la République !  » Voilà qui a servi d’entame à Mme Aminata Tall pour confirmer à la famille Sène de Patar, que le Chef de l’État tenait à partager leur peine suite à la mort par balle de l’étudiant Fallou Sène lors d’echauffourées entre forces de l’ordre et étudiants à l’Université Gaston Berger.

La Présidente du Conseil Économique, Social et Environnemental de poursuivre son discours, précisant que la délégation était destinée à témoigner de sa compassion à la famille éplorée après avoir présenté lui-même ses condoléances au peuple Sénégalais. Aminata Tall de confier que le chef de l’État souhaite, plus que quiconque, que plus jamais pareil événement ne se reproduise. Elle réaffirme la ferme volonté de ce dernier de ne point laisser impunie la mort de l’étudiant et ce, après  » des mesures conservatoires qu’il a déjà prises, en relevant à la fois le recteur de l’Université concernée et le directeur du Crous…  » Cela veut dire que le message est à l’adresse de toutes les personnes impliquées dans le processus du paiement des bourses aux étudiants. C’est un homme attaché aux études puisque les jeunes et les études constituent l’avenir du Sénégal. Un tel événement est un coup dur pour tout le monde, mais c’est inattendu.  »
Aminata Tall d’ajouter que la peine du Chef de l’État a été immense.  » On n’a pas pu mesurer la peine qui habite le Président depuis que le drame est survenu. Il n’a cessé de poser des actes qui prouvent que réellement cet événement le prend à cœur.  » Une somme de dix millions sera donnée à la famille, deux billets pour la Mecque et une promesse de trouver du travail à la veuve et à un frère de Fallou. Cheikh Séne, du nom de l’enfant orphelin, est désormais considéré comme pupille de la Nation.

Aminata Tall était accompagnée du ministre de la jeunesse Pape Gorgui Ndong, du ministre, conseiller personnel du Président de la République Mor Ngom, directeurs généraux, de responsables politiques et de membres des centres des œuvres universitaires.

Le leader du super Diamono pleure le décès de l’étudiant de L’ugb

S’il y’a quelqu’un qui est vraiment dévasté par la mort de Fallou Sène c’est bien Omar Pène. Connu pour son attachement envers les jeunes et plus particulièrement les étudiants (qui le lui rendent bien d’ailleurs) et aussi pour son engagement en faveur de la cause estudiantine, le lead vocal du Super Diamono, a travers un communiqué qu’il nous a directement fait parvenir, a réagi à cette tragédie.

« Mon amitié pour les étudiants est reconnue. Je les ai toujours encouragés à persévérer, parce qu’ils sont l’espoir de demain, ils sont appelés à gérer les affaires de la cité, eux qui travaillent ‘sans relâche du matin au soir, le jour et la nuit’, pour reprendre ma chanson ‘Étudiant’ que je leur ai dédiée », dit-il d’emblée a travers le communiqué.

« Je suis attristé par la mort d e l’étudiants Mouhammadou Fallou Sène le mardi 15 mai 2018 dans le campus social de l’Université Gaston Berger. Je déplore son décès. Je présente mes condoléances à sa famille à la nation et à toute la communauté universitaire », poursuit l’auteur de « Etudiant » qui exprime sa profonde douleur avec cette énième tragédie.

« J’ai le cœur meurtri, car ce n’est pas la première fois. En 2001, c’était Balla Gaye, en 2014 Bassirou Faye », constate Omar Pène. « Quand est ce que ces échauffourées entraînant mort d’homme vont s’arrêter dans nos universités », s’interroge t-il dans le document.

« Pendant deux jours on a assisté à des affrontements violents entre étudiants et forces de l’ordre Saint Louis, Dakar, Bambey Ziguinchor. Les étudiants sont à l’université pour étudier Ils n’ont pas d’autres ressources que leurs bourses qui tardent souvent à être payées. Cette situation ne peut perdurer », poursuit-il interpellant dans la foulée les autorités pour une solution rapide à cette crise.

‘’Je lance un appel aux autorités pour que les bourses soient payées désormais à temps. Si les étudiants perçoivent leurs bourses, comme convenu avant le 5 de chaque mois, je pense qu’ils ne sortiront jamais pour manifester. Il faut trouver très vite une solution pour y remédier et leur permettre d’étudier normalement. Les affaires Balla Gaye et Bassirou Faye sont restées jusque là sans suite et j’espère que cette fois ci la lumière sera faite et les responsabilités situées’’.

Le chanteur de conclure en s’adressant à ses amis de toujours pour les inviter à la retenue. ‘’Chers amis étudiants, je comprends votre colère, mais je lance un appel au calme. Sachez que je suis de tout cœur avec vous et que je serai toujours votre porte-voix’’.

Pour consolider sa relation avec son copain et l’obliger à parler de mariage, Aminata Cissokho se fait violer par un…

Aminata Cissokho pour consolider sa relation avec son copain et l’obliger à parler de mariage

Bargny : Une jeune fille se fait violer par un charlatan qui lui demandait du sperme

En voulant consolider sa relation avec son amant, A. Cissokho a vécu le pire. La jeune fille, qui avait sollicité les services d’un charlatan, a été violée par ce dernier qui lui demandait du sperme.

Âgée de 24 ans, Aminata Cissokho est allée voir un charlatan pour consolider sa relation avec son amant et l’obliger à parler de mariage. Ce dernier lui avait demandé le sperme de son amant et ses sous-vêtements pour faire le boulot.

A défaut d’avoir pu obtenir ce que lui demandait le charlatan, la jeune fille s’est fait violer par le septuagénaire pour avoir du sperme, rapporte VoxPop.

Devant les enquêteurs, la jeune fille a déclaré que le charlatan lui a aspergé un liquide magique et a abusé d’elle sexuellement. Mis aux arrêts, le marabout âgé de 72 ans a nié les faits, selon lui la jeune fille était consentante.

GÉRANTE D’UNE MAISON CLOSE : la dame Sokhna Fall condamnée à …

GÉRANTE D’UNE MAISON CLOSE À TOUBA: Sokhna Fall condamnée à quatre mois de prison et 250.000 Cfa d’amende

Déjà condamnée par deux fois pour le délit de proxénétisme, la dame Sokhna Fall vient d’ajouter une troisième condamnation à son actif. Elle a été reconnue coupable dudit délit, après avoir été prise en flagrant délit par des policiers, suite aux dénonciations des notables de Touba.

Chassez le naturel, il revient toujours au galop. Sokhna Fall restera proxénète encore pour un bon moment. A moins que les quatre mois de prison qu’elle est condamnée à purger à la Maison d’arrêt et de correction de Diourbel la fassent réfléchir et enfin changer de métier. Née le 3 septembre 1973 à Touba, cette dame, très connue des forces de défense et de sécurité pour avoir pratiqué le plus vieux métier au monde, la prostitution, verse depuis maintenant une dizaine d’années dans le proxénétisme. De surcroît en plein centre-ville de Touba, la capitale du mouridisme. Une occupation qui apparemment marche bien, puisqu’elle s’est payée, il y a moins de cinq ans, une belle villa à Touba. Mais, pour autant, Sokhna Fall reste une délinquante multirécidiviste. Entre 2014 et 2018, elle s’est fait arrêter plus d’une demi-douzaine de fois et seulement condamnée à deux reprises. Et comme il n’y a jamais deux sans trois, Sokhna Fall vient d’être condamnée une troisième fois, ce jeudi, par le tribunal correctionnel de Diourbel, qui l’a reconnue coupable de proxénétisme.
Dénoncée par des notables qui étaient outrés par le fait que son domicile où elle fait son business était situé en face de leur mosquée, elle était épiée par la police. Sokhna Fall tombe dans le piège, après qu’un couple est sorti en pleine journée de sa villa. L’homme interrogé a confié aux flics avoir remis 2000 francs Cfa à la proxénète après une chaude partie de jambes en l’air avec une prostituée. Arrêtée et en garde-à-vue au commissariat urbain de Touba, elle est placée sous mandat de dépôt.
À la barre du tribunal correctionnel de Diourbel, Sokhna Fall tente de nier. Mais elle croise la persévérance du président du tribunal et du procureur qui lui rappellent son passé carcéral et les raisons de ses précédentes incarcérations. Sokhna Fall finit par se résigner à tout reconnaître, avant de se confondre en excuses. Finalement, le tribunal a rejoint le procureur qui, dans son réquisitoire, avait sollicité contre l’accusée une peine de quatre mois. En plus, Sokhna Fall devra s’acquitter d’une amende de 250.000 francs Cfa.

Pikine: Khadidiatou et Ndèye, Deux prostituées se battent pour un…

Deux amies exerçant le plus vieux métier du monde, se sont affrontées nuitamment dans la rue pour vendre leurs charmes à un client. Habillée en tenue indécente, la prostituée Khadidiatou S. s’invite à la table du bonhomme, lui fait les yeux doux et lui propose ses services.

Ainsi, tous les deux engagent une discussion autour du prix de la passe et tombent d’accord.
Une autre travailleuse du sexe nommée Ndèye D. surgit de nulle part et s’engouffre en premier dans le taxi.

Aussi, fait-elle semblant d’être avec le client et demande au chauffeur de taxi de démarrer. Sa collègue Khadidiatou intervient et tente de lui faire entendre raison.

Elle affirme avoir déjà conclu un accord avec le client et demande gentiment à la fille de joie de descendre du taxi. En vain. Elle se plie au refus de son amie, se retire avec son partenaire sur le bas-côté de la chaussée et guette l’arrivée d’un autre taxi.
Ndèye revient à la charge, trouve la belle de nuit sur place et l’abreuve de propos discourtois. Elle prend en filature celle-ci avec son client à bord d’un autre véhicule et se retrouve avec eux sur le parvis d’un hôtel de la place.

L’insulte à la bouche, elle se met à taxer sa collègue de voleuse de client, entrave son chemin et refuse de lui céder le passage avec son client. Elle se jette alors sur elle et engage la bagarre.

Elle hurle sa rage de vengeance, occasionne de graves blessures à son amie du milieu interlope, l’abandonne sur les lieux et disparait dans la nature.

Très mal en point, Khadidiatou se traîne jusque dans une structure sanitaire, se fait prodiguer des soins médicaux et se procure un certificat médical. Elle se rend au commissariat de police, avec le document médical attestant ses blessures corporelles et dépose une plainte pour coups et blessures volontaires contre sa collègue péripatéticienne Ndèye D.