• Envoyez vos Leaks, Alertes et Videos au +37362133275 (WhatsApp)

Macky prêt à amnistier Karim et Khalifa Sall

Dans un article titré « Karim Wade, le retour ? », Jeune Afrique rapporte dans son édition parue ce lundi que le Président Macky Sall se dit prêt à amnistier Karim Wade. Et que la mesure pourrait concerner aussi Khalifa Sall.

Mais, selon l’hebdomadaire panafricain, le chef de l’État fixe une condition : il ne prendrait cette décision qu’après sa réélection.

Karim Wade a été condamné à six ans de prison et 138 milliards de francs Cfa d’amende. Il a été gracié en 2016. Depuis, il vit en exil au Qatar.

Khalifa Sall, pour sa part, purge cinq ans de prison. Il a été condamné dans l’affaire de la Caisse d’avance.

Modou Diagne Fada n’exclut de rentrer dans le gouvernement si Macky Sall obtient un second mandat

L’ex poulain de Me Abdoulaye Wade, Modou Diagne Fada ne s’inscrit pas dans une logique de transhumance politique. Néanmoins, dit-il, étudie sérieusement la possibilité de travailler avec le président Macky Sall. Modou Diagne Fada exclut la possibilité aussi de rentrer dans le gouvernement de ce premier mandat de Macky Sall.

“Depuis la chute de me Wade, nous nous sommes toujours inscrits dans une dynamique oppositionnelle. Nous sommes restés et nous battons dans l’opposition. Mais, nous sommes à la veille d’une élection présidentielle : il faut être candidat ou choisir un candidat. Nous ne sommes plus dans la période de la transhumance. Aujourd’hui, il est exclu que Modou Diagne Fada siège dans un gouvernement d’ici à la prochaine présidentielle. Je ne suis pas intéressé par des postes et ne cherche pas des alliances pour me retrouver dans un gouvernement”, a dit Modou Diagne Fada dans l’Observateur.

Ousmane Sonko à la conquête du groupe Facebook « T’es de Dakar si… »

Le président du parti PASTEF les Patriotes multiplie les innovation et démarche dans sa politique de communication pour toucher le maximum de sénégalais afin de les pousser à adhérer à sa vision du Sénégal.

En effet, Ousmane Sonko, ancien inspecteur des Impôts et Domaines devenu opposant radical au régime du président Macky Sall va s’adresser aux jeunes sénégalais à travers le réseau sociaux Facebook et plus précisément, ceux du très populaire groupe « T’es de Dakar si… », a appris Sanslimitesn.com.
Sonko donne la parole aux jeunes via ce groupe ce vendredi à partir de 21h.

Thiès: Idy et Talla enterrent la hache de guerre

Endeuillé par le décès de sa mère, Baba Diao, qui recevait les condoléances à sa maison familiale de Thiès, a profité de cette occasion pour accomplir un exploit. De tous les pronostics, personne n’aurait parié sur une poignée de main entre Idrissa Seck et Talla Sylla. Et, pourtant, c’est arrivé. Le patron de ITOC, qui avait en face de lui les deux « frères ennemis », a surpris l’assistance en demandant, séance tenante, au maire de Thiès de se lever et de présenter ses excuses à Idy. Talla Sylla s’est exécuté sans broncher et l’assistance a apprécié le geste de l’homme d’affaires.

Démission refusée : Mame Mbaye Niang reste ministre du Tourisme

Le président de la République, Macky Sall, n’a pas accepté la démission de Mame Mbaye Niang. Dans un tel cas de figure, ce dernier reste ministre du Tourisme.

Voulant « laver son honneur » après avoir été cité dans l’affaire Prodac, Mame Mbaye Niang a tenu à marquer le coup, souligne La Cloche. Une démission basée donc sur des « covenances personnelles ».

Seulement à quelques 8 mois des élections, Macky Sall ne compte pas se séparer de ses hommes de confiance. D’où le refus de cette démission. Dans les prochains jours,une séance d’explication entre les deux hommes pourrait tout remettre en place.

URGENT : La loi sur le parrainage va être retiré.

La loi organique électorale portant modification du code électoral, plus précisément celle instituant le parrainage intégral sera retirée.

Et le président de la République, Macky Sall, a saisi, ce jeudi, par une correspondance le président de l’Assemblée nationale, Moustapha Niasse.

La reculade du gouvernement est sans doute liée à la levée de boucliers qu’a suscitée le vote de ce projet de loi. mais également à ce souci de tranquilliser les esprits des acteurs politiques et des Sénégalais, à 7 mois de la Présidentielle.

Et les conclusions de la Commission paritaire édifieront davantage.

Khalifa Sall en appel : Pourquoi le procès a été renvoyé

Le procès en appel de la caisse d’avance de la mairie de Dakar n’a pas été retenu aujourd’hui. Il a été renvoyé au 9 juillet prochain pour permettre à la défense de se préparer. C’est un renvoi ferme. C’est dire qu’à la prochaine audience les débats vont s’ouvrir.

Auparavant, les avocats de la défense ont soulevé des observations selon lesquelles l’affaire n’est pas en état d’être jugée. Premier à prendre la parole, Me François Sarr a invoqué le fait que tous les avocats constitués dans cette affaire n’ont pas reçu de convocation. Étayant son argumentaire, il a évoqué l’article 174 du Code de procédure (Cpp) qui stipule que « lorsqu’il s’agit d’une affaire renvoyée, les conseils doivent être avisés. Faute de quoi, le tribunal doit renvoyer ».

Un renvoi à trois mois
Me Sarr précisera : « En l’état, nous ne demandons pas un renvoi, nous demandons une régularisation de la procédure. »

Son confrère Me Ciré Clédor Ly a abondé dans le même sens en soutenant qu’il est important de respecter toutes les formalités pour la bonne tenue d’une audience. Embouchant la même trompette, Me Amadou Aly Kane rappelle que le procès, pour être équitable, doit respecter certaines normes, par exemple la personne poursuivie doit disposer de temps nécessaire pour préparer son dossier. « C’est nous qui devons voir si nous sommes prêts au pas », insiste-t-il.

Après leurs observations, les avocats de la défense ont sollicité le renvoi du procès pour trois mois. Ils souhaitaient que l’affaire soit jugée en fin novembre. S’opposant à cette proposition, les avocats de l’État du Sénégal ont affirmé que la défense a fait une mauvaise lecture de l’article 174 du Code de procédure pénale. « J’estime que cette demande formulée par la défense ne peut pas prospérer. C’est un faux débat », martèle Me Baboucar Cissé. « Un avocat, dès lors qu’il est là, n’a pas besoin de recevoir un avis », renchérit l’ancien bâtonnier Me Yérim Thiam.

Le juge en phase avec le procureur
L’avocat général a également pris le contre-pied de la défense. Selon le maitre des poursuites, les procédés utilisés en instance ne seront pas forcément utilisés en appel. Pour lui, l’affaire peut être renvoyée mais pas à trois mois comme le sollicite la défense. Il a demandé un renvoi à un mois.

Rendant sa décision sur les observations soulevées par la défense, le président de la Cour, Demba Kandji, a précisé que pour une bonne administration de la justice, il ne lui appartient pas d’aviser un avocat qui est hors du territoire. Contrairement aux avocats de la défense, il estime que l’affaire est en état d’être jugée. Cependant, tenant « des arguments développés par les différentes parties », il a décidé de renvoyer le procès en audience spéciale pour le 9 juillet prochain.

Diffamation : Yakham Mbaye porte plainte

Son prétendu divorce annoncé hier après-midi sur les réseaux sociaux n’a pas du tout plu à Yakham Mbaye, le directeur général du quotidien national « Le Soleil ». Après avoir pris sur lui pour monter au créneau en démentant l’information, Yakham Mbaye qui avait laissé entendre qu’il donnerait suite à cette affaire, a tenu parole.
« J’ai instruit mon avocat pour qu’il porte plainte dès aujourd’hui. J’ai saisi Ibrahima Lissa Faye, le président de l’Appel (Association de la presse en ligne) et informé le Cored. Ces attaques sont pensées et planifiées. Je connais personnellement l’auteur de ces écrits et ce qui le motive réellement », a-t-il indiqué.
Le patron du quotidien de Hann d’ajouter: « Il y a moins d’une semaine, s’appuyant sur des photos anciennes et volées, on m’annonçait à Paris faisant du shopping dans des boutiques de luxe, alors que j’étais à mon bureau du « Soleil », à Hann. »

Read more https://www.senegaldirect.net/diffamation-yakham-mbaye-porte-plainte/Son prétendu divorce annoncé hier après-midi sur les réseaux sociaux n’a pas du tout plu à Yakham Mbaye, le directeur général du quotidien national « Le Soleil ». Après avoir pris sur lui pour monter au créneau en démentant l’information, Yakham Mbaye qui avait laissé entendre qu’il donnerait suite à cette affaire, a tenu parole.
« J’ai instruit mon avocat pour qu’il porte plainte dès aujourd’hui. J’ai saisi Ibrahima Lissa Faye, le président de l’Appel (Association de la presse en ligne) et informé le Cored. Ces attaques sont pensées et planifiées. Je connais personnellement l’auteur de ces écrits et ce qui le motive réellement », a-t-il indiqué.
Le patron du quotidien de Hann d’ajouter: « Il y a moins d’une semaine, s’appuyant sur des photos anciennes et volées, on m’annonçait à Paris faisant du shopping dans des boutiques de luxe, alors que j’étais à mon bureau du « Soleil », à Hann. »

Sidy Lamine NIASSE Candidat À La Prochaine Présidentielle

Sidy Lamine NIASSE Candidat À La Prochaine Présidentielle
Retournement de situation ! le président directeur général du groupe Wal Fadjri, qui a toujours soutenu que le pouvoir politique ne l’intéresse pas, a changé d’avis.

Il est aujourd’hui dans une dynamique de conquête du pouvoir et entend se présenter à la présidentielle de 2019.

L’information n’a pas encore filtré. L’intéressé déroule son plan sans tambour ni trompette. Mais nous tenons de sources dignes de foi que Sidy Lamine NIASSE a changé de fusil d’épaule. Lui qui a toujours évité le chemin politique est en train de se retrousser les manches en vue d’un grand bond. Dans sa ligne de mire, la prochaine présidentielle. D’ailleurs, il nous revient que ce weekend, il a été à Kaolack où il a rencontré des dignitaires qu’il a informé de sa volonté de ne « plus laisser faire ». Un contact, qui a pris part à une de ces rencontres, renseigne que Sidy Lamine, très remonté contre la condamnation de Khalifa SALL et exaspéré par la démission du juge Ibrahima DEME, a fait état de l’échec de la classe politique qui, selon lui, risque de mener le pays vers des lendemains plus qu’incertains. Et, a-t-il ajouté, puisque certains guides religieux semblent avoir démissionné en laissant les populations à la merci des hommes politiques, il a décidé de porter le flambeau. A ceux qui lui ont fait remarquer que son engagement pouvait son image de guide religieux, Sidy Lamine a rétorqué en donnant l’exemple du Prophète (PSL) qui a été et chef de guerre et chef d’Etat. Selon toujours notre source, le patron de Wal Fadjri veut s’ériger en candidat du peuple. Il a aussi expliqué compter sur les Sénégalais pour réunir et la caution et les signatures. Car, convaincu que Macky SALL va finir par imposer le système de parrainage. « Je peux même avoir cent mille signatures », aurait-il déclaré.

Reste maintenant à savoir si Sidy Lamine NIASSE ira jusqu’au bout de sa logique en se frottant à Macky SALL dont il n’a cessé de dénoncer sa gestion du pouvoir.

WALFNet

Dernière minute-Karim Wade: « Je suis plus que jamais déterminé à faire face à Macky Sall lors de la prochaine présidentielle et à le battre » !

Encore une fois, justice m’est rendue par des juridictions étrangères indépendantes impartiales composées de magistrats non soumis aux ordres de Macky SALL et de son clan.
En effet, ce 14 mars 2018, la Cour d’Appel de Paris, confirmant un jugement déjà rendu par le Tribunal de Grande Instance de Paris, a infligé un cinglant revers à Macky SALL en rejetant la demande de confiscation présentée au nom de l’Etat du Sénégal. Le moment est venu pour Macky SALL de se rendre à l’évidence en regardant la réalité en face. Des juges à son service exclusif, en violation de leurs devoirs, ont pu lui faire croire qu’il pouvait choisir ses adversaires en m’éliminant avec leur aide, de toute compétition politique et perpétuer ainsi le pouvoir de son clan, de ses amis et de sa famille.
Partout, où ma cause a été entendue équitablement par un tribunal impartial devant la Cour de Justice de la CEDEAO, le Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies, le Pôle Financier de Paris suite à la plainte de l’Etat du Sénégal en France et, maintenant devant la Cour d’Appel de Paris, le droit et la vérité lui ont été opposés anéantissant ainsi ses rêves de se débarrasser de l’adversaire politique que je suis.
Depuis 2012, il aura dilapidé en vain des dizaines de milliards pour mener une prétendue traque des biens mal acquis dont l’objectif inavoué est
aujourd’hui connu de tous. La cause est désormais entendue ! Des juridictions indépendantes m’ont disculpé et la Banque Mondiale sollicitée par l’Etat du Sénégal en avait fait de même dès le début de la procédure initiée contre moi, dans un rapport honteusement et frauduleusement soustrait du dossier de la procédure
devant la CREI.
Le moment est également venu pour Macky SALL de se résoudre à m’affronter dans une compétition loyale et transparente. Je suis plus que jamais déterminé à lui faire face lors de la prochaine élection présidentielle et à le battre au soir du 24 février 2019.Je fais la promesse ferme aux sénégalais, que s’ils m’accordent la majorité de leurs suffrages au soir du 24 février 2019, je me mettrai immédiatement au travail avec eux, pour abréger les souffrances de mon peuple et mettre un terme au règne de l’injustice en lui ouvrant de nouvelles perspectives que lui assignent son audace et son mérite.
J’invite mes compatriotes, tous mes compatriotes à faire preuve de patience et d’endurance pour regarder l’avenir avec sérénité et vaincre la fatalité en engageant avec courage et détermination, le combat pour un Sénégal réellement indépendant, prenant son destin en main, dans une Afrique unie et prospère.

Vive le Sénégal
Vive l’Afrique
Karim Wade