• Envoyez vos Leaks, Alertes et Videos au +37362133275 (WhatsApp)

Lettre Ouverte à S.E.M. Christophe Bigot, Ambassadeur de la France Au Sénégal

Le Regroupement Familial en France une Procédure Logiquement Anormale.

 

Cette lettre est le parcours relativement détaillé du processus regroupement familial pour un

Sénégalais. Le regroupement familial qui consiste pour une ou un expatrié(e), le fait d’amener sa

famille en France à ses cotés dans un désir de vivre ensemble, chose normale comme toute famille

au monde aimerait le faire, en plus c’est un droit reconnu par l’État Français, mais qui est

aujourd’hui bafoué par les services du Visa de l’ambassade de France au Sénégal. Pourtant, le

regroupement familial n’est pas une chose facile, acquise à tous. Il obéit à des conditions difficiles et

drastiques et la plupart des expatriés qui veulent faire cette procédure sont restés en moyenne entre

8ans à 10ans en France, pays dans lequel une grande partie d’entre eux ont fait leur étude

supérieure avant de trouver un emploi.

En effet, pour le faire il faut au préalable, satisfaire aux conditions du contrat d’intégration

républicaine c’est à dire une bonne moralité, le respect des valeurs et principes de la république

Française. Ensuite, il faudra trouver un contrat de travail à durée indéterminée que vous occupez

pendant au minimum 12mois, avec un salaire suffisant pour subvenir à vos besoins mais aussi à

ceux de la famille à accueillir. Enfin, il faut un logement décent et approprié, capable d’accueillir

cette famille. Donc, tout cela constitue des facteurs à prendre en compte avant de s’engager dans

une procédure de regroupement familial. Ainsi, le dossier sera déposé au niveau de l’Ofii (l’Office

Français de l’Immigration et de l’Intégration) qui vérifiera qu’il est complet pour vous donner

une attestation de dépôt. L’Ofii à son tour, transmet le dossier à la mairie du lieu du demandeur de

regroupement familial, ensuite à la préfecture. Normalement, la procédure doit durer 06mois pour

avoir l’avis du préfet, malheureusement les services qui traitent ces dossiers n’ont pas assez de

personnels et le plus souvent un seul employé s’en occupe pour énormément de demandes donc c’est

le début des lenteurs allant d’un an ferme pour certains voire deux ans pour d’autres. Donc c’est

après un avis favorable, qu’il faut demander le visa pour la famille , malgré au préalable une attente

souvent très longue et sincèrement très pénible.

Maintenant, le plus dur se trouve au niveau de l’ambassade de France concernant cette demande de

visa, pour 03 séries de raisons .

Premièrement, l’ambassade nous dit dans ses procédures, qu’il a 02 fois quatre mois c’est à dire

08mois pour vérifier les états civils des demandeurs, mais ça n’a jamais posé un quelconque

problème si c’est sa politique de visa. Ce qui constitue un dommage réel et inexplicable pour les

demandeurs est le fait de confisquer les passeports pendant toute la procédure 08 mois

normalement, mais avec les lenteurs des fois jusqu’à 2 ans. A cela s’ajoute , le fait que même si

on a besoin du passeport car il n’est pas fabriqué uniquement pour aller en France, on nous envois

balader, chacun se dédouane de cette responsabilité entre l’ambassade et cette structure insensée,

appelée Vfs global. Ce dernier, qui n’est rien d’autre qu’une machine à se faire de l’argent sur le dos

des demandeurs de visas car jusqu’à présent personne ne peut apporter la moindre preuve de son

utilité. Les Sénégalais payent environ 15000 Fcfa à Vfs Global en plus des 65.000 Fcfa déjà payés

au service des visas, juste pour aller déposer un dossier à l’ambassade alors qu’on nous vendait un

service client extraordinaire, réactif aux sollicitations des demandeurs et enfin un traitement très

rapide des demandes. Les autorités Sénégalaises ont déjà été alertées et même sont au courant de

ces pratiques depuis longtemps, mais ne veulent rien faire arguant l’indépendance de l’ambassade.

Imaginons si l’ambassade du Sénégal à PARIS gardait les passeports d’une cinquantaine de Français

pendant 08mois, les autorités Françaises ne le permettraient pas sûrement car inacceptable pour

elles. Aujourd’hui, la version donnée dit on, par les services du visa de l’ambassade est le manque

d’organisation des services d’états civils dans les mairies au Sénégal, qui tardent très souvent à

répondre aux sollicitations de l’ambassade. Mais cet alibi n’est pas fondé dans tous les cas de

dossiers présentés, car dans les mairies des capitales régionales ces demandes ne sont pas

négligées au moins il y a un service dédié très souvent(ou l’officier d’état civil s’en charge), qui les

traite assez rapidement car pour les mairies c’est très important. Donc la question est de savoir

pourquoi ces lenteurs concernent tous les dossiers alors? Et même ceux de Dakar. Nous exigeons

donc un droit à l’information.

Deuxièmement, aucun des demandeurs de regroupement familial n’a exigé, une délivrance

automatique et par la force de visa à sa famille, on a accepté tous, que c’est du ressort de

l’ambassade et qu’il y a une procédure bien établie et à respecter , mais l’ambassade ne doit pas être

le premier à la violer et à ne pas la respecter. En plus, le minimum de droit pour quelqu’un qui a

payé déjà pour un service et après des mois d’attentes, c’est le droit à l’information. Aujourd’hui,

l’ambassade de France ne donne aucun rendez vous pour vérifier l’état d’avancement des dossiers,

ne répond à aucun appel, émail, courriers ou lettres recommandées. Également, cette structure

appelée Vfs Global n’est même pas en mesure de nous fournir une quelconque réponse alors qu’on

peut passer plus de 15mn(temps d’attente payé) sur leur ligne. Cette situation ne saurait se tolérer

dans aucun état de droit où les autorités respectent les citoyens. Pourquoi nous Sénégalais on doit

subir tout cela sans aucune réaction des autorités?.Aucun Français accepterait de subir autant de

manque de respect et de mépris.

Troisièmement, le mari ou la femme qui demande le regroupement, vit en France dans une situation

totalement stationnaire. Non seulement, on ne peut pas quitter la ville où on a déposé le

regroupement car le logement pour accueillir la famille s’y trouve mais aussi on ne pourrait pas

répondre à des opportunités professionnelles immédiates dans d’autres villes ou région de la France.

Également, on ne pourrait pas faire des prévisions sur qu’elle période la famille sera en France en

cas d’obtention de visa alors que les enfants doivent aller à l’école s’il y en a. Enfin, les demandeurs

vivent dans un calvaire et un dilemme très profonds car le fait de changer un des éléments de la

situation de départ pourrait rendre toute la procédure caduque.

En définitive, tous ces faits ont été relatés et n’ont pas pour but de salir l’image de la France ou

l’ambassade de France mais pour montrer notre désarroi, notre souffrance et notre grande faiblesse

face à une telle situation qui perdure d’année en année et qu’on arrive pas à comprendre jusqu’à

présent le pourquoi?. Aussi, ces faits ont été relatés pour informer qui de droit car on demande rien

d’autre, seulement vivre en famille et profiter de la vie comme tout être humain.

Collectif Regroupement Familial Dakar

0033 7 58 20 92 23

L’Arabie Saoudite En Colère Contre Idy

Les autorités de saoudiennes n’ont pas apprécié la sortie d’Idrissa Seck suite à ses propos sur La Mecque et le pèlerinage musulman.

Selon DakarTimes qui cite une source diplomatique, Ryad est choquée par les « deux déclarations » de l’ancien premier ministre que d’aucun ont jugé blasphématoire. D’ailleurs, l’ambassadeur Saoudien à Dakar a adressé des messages télégrammes à ses supérieurs, en ce sens. L’ancien premier ministre oublie que dans le cadre de la coopération, le Sénégal reçoit plusieurs d’aide publique, plus importante que ces recettes du pèlerinage », lui rétorque un diplomate arabe dans DakarTimes.

Un homme marié qui avait tué sa maîtresse et brûlé son corps en 2017 , Condamné à…

JOHANNESBURG , AFRIQUE DU SUD : Un homme marié qui avait tué sa maîtresse et brûlé son corps en 2017 , Condamné à 32 ans de prison.

La haute cour de justice de Gauteng à Johannesburg a condamné Sandile Mantsoe pour le meurtre de son ex petite amie Karabo Mokoena survenu en avril 2017 .

Sandile Mantsoe qui était marié et père de trois enfants , entretenait une relation amoureuse depuis 2016 avec sa victime qui était âgé de 22 ans .
Lors d’une dispute , il a poignardé Mokoena et a tenté de cacher le meurtre en brûlant son corps. L’affaire était à la une des réseaux sociaux.

Pendant l’enquête qui a suivi , il a nié avoir tué son ex petite amie , il a expliqué aux enquêteurs que cette dernière c’était suicidée en se poignardant au cou à son absence , à son retour pris de panique il a tenté de se débarrasser du corps en le brûlant.

Sandile Mantsoe a présenté ses excuses à la famille de Mokoena pendant l’énoncé de son verdict jeudi dernier, il s’est excusé pour tous les tords qu’il a pu causer en insistant toujours sur le fait qu’il ne l’a pas tué.

Les premiers mots de Khloé Karda­shian depuis le scandale et les tromperies de Tris­tan Thomp­son, pourquoi j’ai pas mis Tris­tan à la porte

Les premiers mots de Khloé Karda­shian depuis le scan­dale et les trom­pe­ries de Tris­tan Thomp­son
Depuis qu’elle a accou­ché, Khloé Karda­shian évite de s’épandre à propos de l’es­clandre qui a précédé la nais­sance de True. Voilà qui est fait…

S’il y a un membre des Karda­shian qui a très vite su inté­grer les us et coutumes de la famille, c’est la petite True. Nouvelle-née âgée d’à peine dix jours, le premier bébé de Khloé est déjà au cœur du scan­dale, ou du moins indi­rec­te­ment. Juste avant d’ou­vrir ses yeux pour la première fois, papa Tris­tan et maman s’ar­ra­chaient média­tique­ment, bien que de manière plutôt discrète, à la suite des trom­pe­ries du spor­tif. Et si l’illu­sion était parfaite à la sortie de la mater­nité, entre les faire-parts Insta­gram et les faux semblants, on aurait presque pu croire que les tour­te­reaux s’étaient rabi­bo­chés contre vents et marées. Pas si sûr…

Depuis le 12 avril, Khloé Karda­shian nage dans les joies de la mater­nité. Mais côté cœur, la reine des altères de Cala­ba­sas n’a visi­ble­ment pas tout à fait digéré l’hu­mi­lia­tion publique qui a précédé la nais­sance de True. Sur son appli­ca­tion perso, bien qu’elle ne soit pas reve­nue direc­te­ment sur les infa­mies commises par Tris­tan, la petite sœur de Kim a expliqué qu’elle souhai­tait désor­mais se concen­trer sur elle-même.

« La vie est courte, a-t-elle expliqué à propos de son ressenti du moment, et parfois, nous faisons passer beau­coup de personnes avant nous, mais une de nos prio­ri­tés devrait être notre propre bonheur. Une fois que vous l’avez, il se réper­cute sur tout le monde autour de vous et je souhaite sincè­re­ment le bonheur et la paix, à mes sœurs et mon frère. » Sans mention­ner le bien-être de sa fille True ni de sa mère Kris, Khloé Karda­shian espère toute­fois faire profi­ter son incroyable famille de son rayon­ne­ment prochain. C’est bizarre, elle ne semble toute­fois pas vouloir en faire profi­ter Tris­tan…
Khloe Kardashian : La raison pour laquelle elle n’a pas encore mis Tristan Thompson à la porte

Malgré les tromperies et l’humiliation publique, Khloe Kardashian ne s’est pas encore séparée de Tristan Thompson. Ce n’est peut-être pas encore pour tout de suite.

Les révélations autour des relations adultères de Tristan Thompson ont fait grand bruit, et ont semé un grand malaise puisque sa compagne Khloe Kardashian était enceinte et à deux jours seulement de mettre au monde leur petite fille.

Alors que Khoe Kardashian a rompu le silence quelques jours après son accouchement, elle a cependant évité d’évoquer frontalement cette actualité. De nombreux témoignages rapportent pourtant qu’elle n’aurait pas encore totalement décidé du sort de sa relation.La tendance forte a longtemps tendu vers un  » pardon « , au grand désespoir de la famille Kardashian, qui ne comprenait pas une telle décision.

Khloe Kardashian aurait cependant étudié et sous-pesé la question sans parvenir à trancher pour le moment.  » S’il n’y avait pas un enfant impliqué, Khloe aurait donné un coup de pied aux fesses de Tristan  » a révélé un proche dans le nouveau numéro du magazine US Weekly.

La situation ne serait cependant pas simple à régler.  » Le voir avec leur fille ne fait que compliquer les choses  » assure cette source.

Une chose semble pourtant acquise. Si Khloe Kardashian écoute beaucoup ses sœurs en matière de bébé et de maternité,  » elle seule déterminera le statut de leur relation  » et  » il n’y a pas de calendrier « .

SA FILLE ADOPTIVE DE SIX ANS SUR LE POINT D’ETRE EXPULSÉE DES USA: un coach de basket démissionne pour défendre la petite Sénégalaise Ngoty

Adopter un orphelin au Sénégal et l’emmener vivre aux Etats-Unis peut vous coûter la prunelle des yeux et l’Américaine Joanne Boyle l’a appris à ses dépens. En effet, l’histoire de cette femme pourrait faire un biopic très émouvant dans le monde du cinéma. Les autorités américaines exigent à Joanne Boyle, qui a démissionné de son poste de coach de l’équipe féminine de basketball de l’Université de Virginie, de ramener au Sénégal sa fille adoptive âgée de 6 ans et malade, pour compléter les documents d’adoption.

La coach de l’équipe féminine de basketball de l’Université de Virginie a surpris ses joueuses en annonçant sa retraite à 54 ans, alors qu’elle venait de mener l’équipe au Championnat NCAA de basket-ball mettant aux prises 68 équipes s’affrontant en matchs à élimination directe, afin de déterminer le champion de la 1ère division universitaire de basket-ball. Une performance que l’équipe n’avait plus accomplie depuis 2010. Cette décision, qui suscite un débat enragé au pays de l’oncle Sam, est liée à l’adoption d’une orpheline sénégalaise de 6 ans répondant au nom de Ngoty. En effet, Joanne Boyle doit ramener sa fille adoptive au Sénégal, pour finaliser les paperasses pour légaliser la présence de Ngoty en terre américaine. «C’est comme si j’ai reçu une tonne de briques sur ma tête. Je n’ai pas compris que cela nécessitait de voyager avec Ngoty au Sénégal», a soutenu Joanne Boyle, coach depuis 25 ans qui vit à Charlottesville avec la petite sénégalaise.

Le Sénateur américain Tim Kaine appelle à la flexibilité des services de l’immigration…

Alors que l’affaire fait débat dans les plus hautes instances aux Usa, le sénateur Tim Kaine a exhorté, la semaine dernière, les services de citoyenneté et d’immigration des États-Unis à approuver la paperasserie que Boyle doit ramener rapidement aux États-Unis. «C’est sa maison maintenant», a déclaré Kaine. «La question est : combien de temps devront-ils rester au Sénégal jusqu’à ce qu’ils puissent rentrer chez eux ?», s’est interrogé le sénateur. Les services américains de la citoyenneté et de l’immigration ont déclaré ne pas pouvoir discuter du cas de Boyle en raison des lois sur la vie privée, mais ils ont dit que l’agence a pour objectif de traiter efficacement les cas et «considèrent le bien-être de l’enfant comme primordial». «Nous nous sommes engagés à agir dans le meilleur intérêt des enfants et des familles, tout en préservant l’intégrité du système d’immigration de notre pays», a déclaré la porte-parole Joanne Ferreira dans un courriel.

Les fédéraux refusent que l’enfant reste aux Usa

L’avocate de Boyle, Irene Steffas, a déclaré qu’ils voulaient que l’agence fédérale accorde l’approbation préliminaire de l’affaire Boyle, ce qui permettrait de l’inclure dans le circuit du consulat. Boyle et Ngoty se rendront ensuite au Sénégal pour les derniers contrôles au consulat américain et retourneront chez eux en quelques mois. Sinon, Boyle risque d’avoir à remplir des documents supplémentaires qui pourraient prendre des années, les forçant à vivre loin de leur famille et de l’école de Ngoty. Steffas a déclaré que les fonctionnaires fédéraux ont refusé parce que Ngoty est déjà aux États-Unis. Boyle a emmené l’enfant ici en 2014 avec un visa touristique qu’elle a dépassé parce que l’enfant était malade, a-t-elle dit.
Ryan Hanlon, vice-président du Conseil national pour l’adoption, qui ne connaît pas le cas de Boyle, a déclaré que l’envoi d’orphelins aux États-Unis avec un visa touristique est «extraordinairement rare» et pourrait soulever des grognes contre les autorités fédérales. Généralement, les enfants restent dans leur pays d’origine et arrivent sur un document de voyage qui mène à la citoyenneté.
Boyle a déclaré avoir obtenu la tutelle légale de Ngoty en 2014, deux ans après la naissance de l’enfant et son abandon dans un orphelinat de Tambacounda. Alors que l’adoption traînait, Boyle a déclaré que Ngoty souffrait d’insuffisance pondérale, avec de la fièvre, des plaies dans la bouche et une éruption fongique sur son cuir chevelu. L’orphelinat s’occupait des enfants, mais il n’avait pas de l’électricité et de l’eau courante, et offrait un repas par jour, généralement du riz. Boyle a dit qu’elle gardait Ngoty en Virginie parce qu’elle craignait pour la santé de sa fille. Elle a dit que le consulat savait qu’elle adoptait Ngoty quand elle lui a accordé le visa. Elle a toujours prévu de revenir pour les derniers contrôles. «La gamine est malade, a déclaré Boyle. C’est comme si tu continuais à ramener un enfant malade».

Joanne Boyle a dépensé plus de 50 millions…, Ngoty danse le ballet et le hip-hop, joue du violon et parle anglais maintenant

Le département d’Etat n’a pas voulu faire de commentaires sur les cas de visa parce qu’ils sont confidentiels. En Virginie, Ngoty fréquente l’élémentaire à l’école de jour de Charlottesville, danse le ballet et le hip-hop, joue du violon et parle anglais maintenant. Les délais d’attente pour l’adoption varient selon les pays, mais les cas prennent généralement entre un et trois ans et coûtent environ 30.000 $ en frais, selon le Conseil national de l’adoption. Le cas de Boyle a pris plus de temps que cela, et elle a dit qu’elle a dépensé plus de 100.000 $ (53.326.889 F Cfa) en frais, billets d’avion et autres coûts. Après que le tribunal sénégalais a achevé l’adoption en 2016, Boyle espérait que les Etats-Unis suivraient. Mais, à l’approche du tournoi de la Division I de la NCAA, elle s’est rendu compte que cela pourrait ne pas arriver bientôt.
Boyle a démissionné de son travail de coaching et un salaire de 700.000 $ (373.245.527 F Cfa) par année. Aux États-Unis, Boyle peut compter sur sa mère de 82 ans, ses quatre frères et sœurs et une communauté de soutien en Virginie. «Elle a six ans. La mettre seule dans un avion n’est pas une option. Démissionner de mon travail était la seule option. C’est perturbant, mais je vais faire ce que je dois faire», dit-elle.

VOICI Roberto Révérend, l’homme qui a assassiné le Sénégalais à Florence

Le meurtre de l’immigré sénégalais Idy Diène a fait le tour de la toile. Ce vendeur ambulant sénégalais a eu la malchance de tomber sur Ricardo Révérend qui, âgé de 65 ans et présenté comme un raciste, n’hésitera à tirer six (6) balles sur lui. Un meurtre que la communauté sénégalaise de Florence, localité où le drame s’est produit, n’a pas pu supporter décidant d’investir les rues pour pousser un coup de gueule.

Pour se justifier, cet ancien imprimeur déclare être sorti de son domicile avec pour objectif de se suicider, mais n’ayant pas le courage il décide alors de tuer une personne au hasard afin d’aller en prison afin de ne plus être un poids pour sa femme et sa fille.

A l’origine de ce désespoir, soutient-il, des soucis économiques. Des « excuses » auxquelles ne croient nullement les Sénégalais alors que le meurtrier est bloqué dans la foulée de son acte odieux par une patrouille de l’armée engagée dans le service “routes sûres”, puis arrêté par la police.

A en croire, la communauté sénégalaise d’Italie et plus précisément de Florence, il s’agit tout bonnement d’un acte de racisme qui ne dit pas son nom. Dans ce sens, nos compatriotes en terre transalpine réclament justice tout en alertant l’opinion internationale sur ce genre de faits récurrents.