• Envoyez vos Leaks, Alertes et Videos au +37362133275 (WhatsApp)

Le Khalif General des Tidianes Serigne Babacar SY Mansour convoque le gouvernement

Crise scolaire : Le khalife des tidjanes convoque le gouvernement et les syndicats le 8 avril
La crise scolaire s’est invitée à la 26e édition de la ziarra générale des dahiras des enseignants du Sénégal. La date du 8 avril 2018 a été retenue pour une rencontre entre les syndicats, le gouvernement et le Khalife général des Tidianes, pour aller vers «un pacte de stabilité scolaire».

L’As qui donne l’information, rapporte que Serigne Mbaye SY Mansour s’est s’adressé aux différents acteurs. Il a demandé aux enseignants d’accepter les promesses faites par le gouvernement en suspendant la grève et en rendant les notes des élèves. Et, au gouvernement de respecter ses engagements et d’annuler toutes les sanctions contre les enseignants.

Lamine Mbaye, au nom des enseignants, a donné son accord de principe. Le secrétaire général national du Syndicat autonome des enseignants du moyen-secondaire (Saems) a promis de rendre compte à la base.

A la tête de la délégation du ministère de l’Education nationale, Amadou Moctar Ndiaye, directeur des examens et concours, a sollicité des prières pour l’aboutissement des négociations entre l’Etat et les syndicats d’enseignants.

Tentative d’enlèvement à la Médina : Aissatou Diallo est divorcée. Son-époux aurait la…

La Sûreté Urbaine a finalement hérité de l’affaire de tentative d’enlèvement d’enfant, qui a eu lieu à La Poste Médine, jeudi 22 mars, dans la matinée. La mise en cause, Aissatou Diallo, la quarantaine révolue, est divorcée. Son-époux aurait la garde de leurs trois enfants, dont l’aîné a un peu moins de 20 ans. Selon certaines sources, elle ne jouit pas de toutes ses facultés mentales. Une affaire à suivre.

Aissatou Diallo voulait enlever une fille de 7 ans

La vidéo a fait le tour du net, jeudi. Les images montrent une femme embarquée dans un taxi par la police. Selon les premiers témoignages, il s’agissait d’une ressortissante Nigériane, arrêtée pour tentative d’enlèvement d’une élève de 7 ans, qui sortait de son école. Dans son édition de ce vendredi, l’As, révèle les contours de cette affaire.

La dame dont l’image circule sur les réseaux sociaux se nomme Aïssatou Diallo et est Sénégalaise. Agée de 26 ans, elle habite le quartier de Grand-Yoff. Et est depuis, hier, en garde à vue au commissariat de Rebeuss, qui a ouvert une enquête.

L’affaire s’est produite, jeudi, aux environs de 8h-9 h au Rond point de la Médina. Un passant a été interpellé par une fille de 7 ans qui pleurait et tremblait, refusant de suivre une dame. Cette dernière qui s’est présentée comme la mère de l’enfant explique au passant que sa fille tentait de faire l’école buissonnière. En pleurs, l’enfant soutient que la femme n’était pas sa mère mais une parfaite inconnue qui voulait l’emmener de force.

La fillette, élève à l’école Clémenceau 2 n’a pas eu cours et s’apprêtait à rentrer chez elle. Elle explique avoir été interpellée par la dame qui lui a offert 100 FCFA pour qu’elle la suive. Intrigué, le passant, conduit l’enfant dans les locaux de la banque Bicis, non loin du Rond point. Et soumet Aïssatou Diallo à un interrogatoire. Excédée, elle esquive. Et refuse de décliner son identité.

Selon les témoins, la jeune femme, grande, mince, de teint clair et élancée ne semblait pas jouir de toutes ses facultés mentales. Elle tenait entre ses mains un bout de papier sur lequel était inscrit deux numéros de téléphone, sans nom ni autre indication. Des boucles d’oreilles pour enfant ont aussi été retrouvées dans ses affaires. Ainsi, elle a été conduite à la police de Rebeuss où elle est toujours détenue.

Auteur: Seneweb

L’interpellation d’une jeune dame hier jeudi 22 mars, au rond-point de la poste de la Médina pour enlèvement d’une mineure de 7 ans, accentue la peur des parents. Maintenant au Sénégal, surtout dans la capitale, il ne se passe pas une semaine sans que l’on déclare la disparition ou l’assassinat d’un enfant.

Hier matin, aux environs de 8 heures 10 minutes, les éléments du commissariat de Rebeuss, en faction au rond-point de la poste de la Médina, ont été saisis par un groupe d’individus qui les ont alertés sur une femme qui tentait d’enlever une gamine.

Conduite au commissariat pour enlèvement d’enfant, la femme n’a pas pipé mot. Mais les enquêteurs ont trouvé sur elle sa carte d’identité qui révélait que cette dame, âgée de 26 ans, s’appelle Idiatou Diallo. Elle est née à Dakar et est domiciliée à la Cité Millionnaire. Sa carte d’identité révèle aussi qu’elle est sans profession.

Sur les informations que les interpellateurs ont déclarées à la police, il ressort que Idiatou Diallo «tirait sur le bras de la jeune fille Oumou Diallo, âgée de 7 ans pour la conduire de force. Se débattant pour ne pas la suivre, la fillette a attiré l’attention des passants qui ont voulu en savoir plus». C’est ainsi, poursuivent-ils, «que la fillette Oumou Diallo leur a souligné que la dame n’est pas sa maman, elle voulait l’amener à une destination qu’elle ne connait pas».

La petite a Et même révélé aux enquêteurs que la dame lui avait donné « une pièce de 100 FCFA que je n’ai pas accepté de prendre. Ensuite, elle m’a proposé d’aller avec elle à son domicile. Étant donné que je déclinais ses propositions, la dame s’est mise à me tirer de force». Sachant que les carottes étaient cuites pour elle, précisent les interpellateurs, «Idiatou Diallo a commencé à faire la folle».

Une fois dans les locaux du commissariat, elle est restée dans le mutisme total. N’eut été sa carte, les enquêteurs n’auraient connu rien d’elle car Idiatou a catégoriquement refusé de communiquer. Après avoir été placé en garde à vue au commissariat de Rebeuss, Idiatou Diallo est toujours entre les mains de la justice et l’enquête suit son cours.

senenews.com

Démission du Groupe futurs médias: Le journaliste Khalifa Diakhaté est revenu sur sa décision

Le journaliste Khalifa Diakhaté est revenu sur sa décision de démission du Groupe futurs médias. Sur sa page Facebook, il annonce qu’il reste en poste (voir ci-dessous). Il avait emprunté la même voie pour annoncer son départ.

Chers amis,
Nous restons ensemble dans votre chère jakaarlo bi…
La Direction Générale de Gfm m’a renouvelé sa confiance pour continuer l’aventure. Au terme d’une rencontre qui a eu lieu lundi, les responsables du groupe ont tenu à nous assurer de leur loyauté indéfectible, de leur soutien total et ont considéré »l’incident, clos ».
Au-delà de cette marque de confiance, je ne saurais ignorer vos nombreuses réactions suite à l’annonce de mon départ, par conséquent je tiens à vous remercier du fond du coeur pour l’intérêt que vous portez à mon travail, à notre groupe.
Vive le Sénégal des valeurs !
Votre humble serviteur.

Opérations immobilières à Montréal: les petits oublis de Madické niang

Le député du Parti démocratique Sénégalais (PDS) affirme qu’il n’a pas attendu d’occuper des fonctions étatiques pour acquérir des biens immobiliers. Mais pour le cas de ces appartements montréal ais,il les a achetés alors qu’il était ministre dans le gouvernement de Wade entre 2006-2008. L’un des biens a été revendu et dans toutes les opérations, on constate l’intervention de « mandataires » originaires du Maroc. Révélations exclusives.

Sherpa a porté plainte à Montréal contre plusieurs dignitaires ou anciens africains suspectés d’opérations im- mobilières opaques au Canada. Parmi eux,Me Madické niang qui a soutenu, après l’annonce de cette plainte,qu’il n’a pas attendu d’occuper des fonctions étatiques pour acquérir des biens immobiliers. Ce qui est vrai. Mais ce que le député du Parti démocratique sénégalais (PDS) oublie de dire, c’est que les deux biens, visés par l’ ong, ont été achetés alors qu’il était dans l’appareil d’Etat comme l’attestent les statuts de toutes les transactions obtenues par libération. Mieux, des intermédiaires et « mandataires » sont apparus dans ces opérations dont la dernière a été la revente d’un des appartements lors de la période coïncidant, au Sénégal, aux enquêtes tous azimuts de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CrEI). En effet,Me Madické niang, alors ministre des Mines et de l’Energie, a réalisé un premier achat le 7 décembre 2006 auprès de true north Properties ltd, une corpération ayant son siège social au 1388 Weber Centre, Calgary trail, dans le ville d’Edmonton. la transaction portait sur la partie privative du lot numéro 3696175 du registre du Cadastre de Qué- bec correspondant à l’appartement 1609 du numéro 650, rue Jean-d’Esrtrées. Coup de l’opéra- tion : 232.558 dollars. Fait assez curieux, Me Madické niang avait mandaté, dans le cadre de cette transaction, le nommé Karim Chraïbi. Cet appartement a été revendu devant Me rosana Gabriela Berle 18 mars 2013 à Damien Cussac et alexandra Grenier. Pour cette transaction qui tournait au tour de 288.000 dollars, le responsable li- béral «domiciliée trés idantroute des almadies, dans la ville de Dakar »était représenté par «Madické Guèye, son représentant dûment autorisé en vertu d’une procuration sous seing privé signé à Dakar, Sénégal, le huitième jour de mars deux mille treize,non révoquée ni amendée, laquelle demeure annexée aux présentes après avoir été reconnue véritable et signée pour identification », selon les écrits du notaire. Quid du deuxième bien ? Il a été acquis le 9 mai 2008 alors que Me Madické niang était Garde des Sceaux. Ce, pour la somme de 270.00 dollars. Dans cette opération, il était représenté par alioune abatalib niang alors que Selma tazi avait mandaté le nommé Mohamed Chraïbi. Comme on le constate, ce dernier a le même nom (Chraïbi) que le représentant de Me Madické niang lors de la première transaction. Selon nos informations, les Chraïbi ainsi que Selma tazi seraient très connus au Maroc d’où ils sont tous originaires (a suivre).

Liberation

LE JOURNALISTE KHALIFA DIAKHATÉ DEMISSIONNE DE LA TFM

C’est le concerné lui même qui donne l’information sur sa page Facebook. L’animateur de l’émission « Jakaarlo Bi » a décidé de rendre le tablier. Il n’a pas avancé de raison pour le moment mais il animera quand même ce soir son émission comme tous les vendredis.

« Chers amis, je viens de déposer ma démission du Groupe Futurs Médias.

Je tiens à réaffirmer ma reconnaissance à tous les responsables de Gfm qui m’ont fait confiance jusque là.

Je suis fier du Groupe dont je suis un des pionniers et de la place qu’il occupe dans l’environnement médiatique au Sénégal.

Vive le Sénégal des valeurs.

Ce fut un privilège de vous servir et je reste au service de mon pays.

À ce soir pour un nouveau numéro de votre Jakaarlo bi (pour permettre à la télévision de prendre les dispositions nécessaires suite à ce nouveau schéma inattendu) »

Affaire à suivre

Les noms des victimes du crash, l’armée endeuillée

Presque tous les membres de l’équipage ont péri dans l’accident d’hélicoptère survenu dans la soirée de ce mercredi. Au total, ils étaient quatre et malheureusement les trois sont décédés sur le coup. Il s’agit du colonel Elhadj Mamadou Touré, pilote de l’appareil, de son adjoint le capitaine Emmanuel Sarr, et du mécanicien d’avion, le sergent chef Thiandélla Fall. Aucune information ne nous est encore parvenue sur le sort de l’autre membre. Trois corps  encore non identifiés sont à la morgue de l’hôpital régional de Kaolack et les deux autres victimes sont Michel Coly et Albert Joseph Mané, toutes deux civiles.

 

Yerimpost

Ibrahima Ly co-détenu d’Imam Ndao: « Il m’a trahi, il m’a promis des bourses d’études… »

Deuxième affaire du procès de l’imam Ndao et Cie, concernant Ibrahima Ly. Trois (3) chefs d’accusation pèsent contre lui, à savoir l’association de malfaiteurs; acte terroriste par menaces et apologie du terrorisme. Le prévenu a fait face au juge ce mercredi. Son procès est renvoyé jusqu’à demain jeudi 15 mars.

Dans ses explications, M. Ly de confier qu’il a choisi un pays où on parle Arabe, pour apprendre la langue, répondant au juge qui lui demandait pourquoi s’est-il rendu en Syrie. Selon Ibrahima Ly, c’est un certain Abou Khadija, rencontré dans la mosquée qu’il fréquente, qui lui aurait proposé de se rendre en Syrie, ce qu’il a accepté sans sourciller pour la bonne et simple raison que le frère de ce dernier, Abou Khadija, s’y était rendu avant de revenir avec sa femme, en France. Il s’est alors dit qu’il n’y avait pas de risque.

Toutefois, il reconnait avoir signifié à Abou Khadija qu’il y avait la guerre dans ce pays. « Je ne suis pas parti en Syrie pour combattre…« , persiste-t-il, non sans préciser que son voyage était motivé par les études car, son ami qui lui avait promis une bourse. « Il m’avait aussi dit que la zone où ils allaient se rendre était stable ».

C’est par la suite qu’il entreprendront le voyage en voiture, le véhicule de Abou Khadija Diakhaté, soit de la France à la Syrie.

La déception, une fois sur place car, selon lui, c’était tout le contraire des promesses de son ami. « Après trois (3) jours, j’ai demandé à retourner en France (…), ils ont refusé« , explique-t-il non sans préciser qu’il y avait, posté devant la maison, des hommes armés qui avaient reçu instruction de tirer sur toute personne qui s’entêterait à vouloir quitter la demeure.

« Il (Ndlr: Abou Khadija Diakhaté) m’a dit que l’endroit où on partait, il n’y avait pas de guerre… J’ai vu son frère y aller et revenir n France… Son frère y étudiait« , répond-il au procureur qui est revenu sur la question du pourquoi de son voyage en Syrie, dans un pays de guerre.

« J’ai été trahi (…) On m’a promis une école avec des bourses (…) Je suis arrivé, j’ai vu des hommes et des femmes, tout le monde armé…« ,persiste Ibrahima Ly.

Ce jeudi, il sera édifié sur son sort d’autant que le procès est renvoyé.

Dakarswarg

REVELATION: Ce que la dynastie FAYE- SALL vous cache (A lire absolument)

AU SENEGAL ON A : LA FAMILLE FAYESALL AU TRÔNE

Ibrahima SALL nommé chargé de missions à la présidence (Cousin du Président Macky SALL)

Diagué SALL Pca (Cousin)

Samba SALL ministre conseiller (Cousin)

Son beau-frère Mansour FAYE dit marco polo Délégué à la solidarité nationale

Adama FAYE(beau frére) est nommé chargé de mission à la présidence

Son beau-père le vieux Abdourahmane SECK dit grand homer Pca petrosen

Son cousin Abdoulaye TIMBO Dg Fnpj

Son cousin Harona TIMBO ministre conseiller

Son oncle Djibo SALL pca

Les quatres chauffeurs du couple Sall ont signé un contrat spécial avec l’Etat sénégalais avec rang de ministre

Maréme FAYE alors qu’elle ne dispose d’aucun poste officiel dans la république, elle occupe l’ancien bureau de karim wade, sis au dixième étage de l’immeuble Tamaro, sous la couverture bidon de fondation « Servir le Sénégal », gérée par Daouada faye, responsable de la communication et des relations extérieures de la structure.

Son beau-frère Daouda FAYE dit moulaye thieuguine est nommé ministre conseiller

Sa belle tante Sira DIALLO ministre conseiller

Souleymane NDIAYE, le papa du mari de Fatou Bintou SECK, la petite soeur de Maréme FAYE, est nommé ministre conseiller

Abdourahmane Ndiaye ( cousin) nommé Conseiller spécial

Boubacar Siguiri Sy( cousin) , Conseiller spécial

Daouda Dia, petit fére d’Arouna Dia questeur à l’assemblée nationale (Arouna Dia, argentier de Macky SALL)

Farba NGOM, le griot de Macky SALL est élu député

Le frère du ministre du Budget (Abdoulaye DIALLO), monsieur Amadou Diallo a été nommé consul du Sénégal à Paris en remplacement de Léopold Faye

Macky Sall nomme Mamadou Sy, un magistrat halpulaar à la retraite au Conseil Constitutionnel (C’est bien la rupture d’une République des « halpulaars » et des nominations ethniques)

Au port autonome de Dakar le directeur Général Cheikh KANTE a casé son propre frère, à quelques pas de la retraite à l’embarcadère de Gorée,

Cheikh KANTE a aussi nommé son neveu, le fils de sa sœur, à la Direction financière

Aïcha Gassama Tall, fille de Macky Gassama, agent judiciaire de l’Etat en remplacement de Abdou Dianko (Macky Gassama, l’homonyme du président de la République Macky SALL)

Ndeye Binta Gassama, fille de Macky Gassama, conseillère spéciale de Macky Sall

Amadou Diop, l’époux de l’une des filles du même Macky Gassama, précédemment conseiller diplomatique du Président de la Commission de l’Uemoa, est nommé ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire auprès du Roi Albert II de Belgique, en remplacement de l’ambassadeur Paul Badji

Mamadou Gassama, nommé président du Conseil de surveillance de l’Anamo

Que l’actuel président soit redevable à celui qui a donné du travail à son père… Mais sommes-nous en République lorsque des personnes doivent leur nomination à leur nom de famille ?

Non sans oublier le limogeage de Me Alioune Badara Cissé qui serait en fait victime de sa rivalité avec Mansour Faye, le frère de Marième Faye qui est son rival politique à Saint Louis.

Eh bien, le népotisme à haut débit devient irrévocablement un mode de gouvernance absolu du maquillage. Une démocratie cliniquement clanique, ouvertement déclarée. Un parti, famille, une dynastie, des courtisans !

Les Sénégalais s’interrogent de plus en plus sur les réunions du Conseil des ministres, devenues des séances de nomination de proches du président, sans mentionner l’apérisation excessive et malheureuse des représentations diplomatiques du Sénégal à l’étranger.