• Envoyez vos Leaks, Alertes et Videos au +37362133275 (WhatsApp)

Kirikou

Au nom de la liberté d'expression, ce plateforme est ouvert à tous les lanceurs d’alerte sans aucune restriction, contrairement à la presse traditionnelle qui essaye d’être le plus souvent “politiquement correcte”.

Vous êtes victimes de racket de la part des forces de l’ordre? Vous êtes victimes d’injustices, d’abus de pouvoir ou de mauvais traitements? Vous avez des fuites ou autres informations sensibles? Faites le parvenir à koccbi.com la où tout se dit sans tabou. Avec koccbi tout est libre et gratuit.

Envoyez vos "leaks", videos et alertes au +37362133275 (WhatsApp)

Adiouza: « je suis toujours dans les liens du mariage »

Avec la sortie de son nouveau single « Mariage » et les fortes rumeurs sur son prétendu divorce, Adiouza fait sans conteste l’actualité.

Rentrée fraichement de la France, la fille de l’artiste Ouza Diallo évoque dans un entretien accordé au journal L’As, son supposé divorce qui a défrayé la chronique ces derniers jours. Selon l’auteure de « Mala nob » elle n’aime pas trop communiquer sur sa vie privée.

« Personne n’a jamais vu mes photo de mariage et même celles du baptême de mon enfant. Donc parlant de divorce, ce n’est pas d’actualité pour couper court aux rumeurs. Je ne préfère pas parler de mon mari, encore moins de mon enfant. Je suis toujours dans les liens du mariage ».

En tournée à Ziguinchor : Didier Awadi brûle les 7000 milliards de Macky Sall

Le rappeur du PBS est en tournée à Ziguinchor depuis avant-hier. Lors de son face-à-face avec la presse, ce dernier n’a pas mis de gants en abordant la question des plus de 7 000 milliards de francs Cfa obtenus à Paris.

« Quand j’ai appris que le Sénégal a obtenu du Groupe consultatif de Paris un prêt de 7000 milliards Fcfa, cela m’a fait peur. Je ne comprends pas cette volonté de nos autorités de vouloir s’endetter vaille que vaille. Pourquoi on ne peut pas compter sur nos propres forces. Mais à chaque fois, il faut s’endetter. Peut-être, cet argent va régler quelques problèmes. Mais ce sont nos enfants et arrière-petits-enfants qui vont naître avec des dettes », déclare Didier Awadi.

Touba : La police démantèle une redoutable bande d’agresseurs

Transférer la peur dans le camp des malfaiteurs. En voilà un cri de ralliement de nos forces de l’ordre qui est en passe de devenir réalité à Touba. En effet, la ville sainte avait fini par être mise sous coupe réglée par une bande de malfrats qui écumaient, en toute impunité, les honnêtes citoyens. Ainsi que le rapporte L’Observateur dans sa livraison de ce samedi.

Mais, c’était sans compter avec la sagacité du nouveau Commissaire central de Touba, Abdou Lèye en l’occurrence, qui a déployé les gros moyens pour mettre définitivement ces sinistres individus (M. Diagne, C. S. Daby, B. Mbengue et El H. Seck) hors d’état de nuire. Une perquisition menée chez ces derniers a permis la découverte de plusieurs objets volés, restitués par la suite à leurs propriétaires, et d’un véritable arsenal d’Arsène Lupin (arrache-clous, coupe-coupe, cisailles…). Reconnaissant être les auteurs de plusieurs cas de vols et d’agressions commis la nuit, tout ce beau monde a été déféré, au terme de la traditionnelle garde à vue, au parquet de Diourbel où ils sont poursuivis pour vols multiples commis la nuit, en réunion avec usage d’armes et de moyens de transport.

Balla Gaye 2 / Modou Lô : L’opposition parfaite !

Le 13 janvier, Modou Lô et Balla Gaye 2 se retrouveront, neuf ans après leur première confrontation. Un remake qui met en concurrence deux champions à la rivalité intestine et surtout au désamour certain. Normal car Modou Lô est le contraire parfait de Balla Gaye 2.

Si leur rivalité a commencé lors des mbappat, l’hostilité entre Modou Lô et Balla Gaye 2 a atteint son paroxysme lors de leur première confrontation. Avec à la clé une belle victoire du Lion de Guédiawaye en seulement une poignée de secondes. Depuis, la rivalité n’a été qu’exacerbée entre ces deux rivaux que tout oppose. De leur manière de se combattre à leur style en passant par leurs fréquentations et leur caractère, tout les éloigne.b Bref, c’est le jour et la nuit.

Balla Gaye 2 est réputé pour sa propension à attaquer ses adversaires pour leur imposer sa riche palette technique. Une stratégie ultra offensive qui tranche avec celle de Modou Lô. S’il n’est pas défensif, le Roc des Parcelles Assainies est très réactif. En effet, il attend l’assaut de son adversaire pour riposter de la manière la plus véhémente.

Plutôt discret dans ses sorties, Modou Lô est surtout loué par sa sobriété qui émeut son public. Ses fréquentations sont restreintes et limitées. Tandis que le fils de Double Less aime le style et la mode. Ses frasques récurrentes attirent l’attention des amateurs, ses coiffures sortent du commun et parfois de la règle. Une grande opposition qui aura son influence le jour du choc, c’est sûr !

ALERTE: Après SénéPorno, un éditeur fantôme crée encore un nouveau site DakarSexe

Ce qui se passe aujourd’hui sur la toile frise un tsunami numérique qui touche virtuellement le Sénégal de plein fouet.
Un éditeur fantôme dont on ne connait ni l’adresse, ni l’identité au niveau du cyberespace s’est permis de créer un site pornographique baptisé SénéPorno. Un site qui exposerait des sénégalaises dans une indécence à la limite criminelle. Et malheureusement la RFM a fait le Buzz de ce même site en ayant donné son URL. Ce qui a crée un véritable embouteillage du trafic au point que le site a subi des bugs qui lui ont valu de changer de serveur.

Et, comme l’ « appétit vient en mangeant », notre fameux éditeur fantôme a encore crée un autre site du nom de DakarSexe, un véritable scandale en ce sens que c’est la capitale de notre pays qui est souillée après SénéPorno qui a fini de jeter le discrédit sur notre cher Sénégal.

Ceci constitue une alerte nationale à toutes les autorités de notre pays pour qu’elles prennent des mesures fermes pour stopper cette folie pornographique qui risque à bien des égards de créer un véritable tsumani numérique au détriment des sénégalais.

ONU : Tout sur la nomination de Mankeur Ndiaye

Nos confrères de Azactu informaient, ce vendredi, que Mankeur Ndiaye, diplomate et actuel président du Comité national de l’Itie, a été nommé secrétaire général adjoint de l’Onu. Information que Seneweb confirme. En effet, de source sûre, Seneweb a appris que l’ancien patron de la diplomatie sénégalaise a exactement été nommé secrétaire général adjoint, chef de la mission en Centrafrique et représentant personnel du secrétaire général des nations unies en Centrafrique. Il sera probablement installé dans ses nouvelles fonctions en janvier 2019

Pourquoi il a gagné le poste
Ainsi, il sera à la tête de plus de 15 000 hommes de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique (Minusca). En effet, renseignent toujours nos sources, parmi les candidats, il y avait même des généraux. Mais, le choix a été porté sur un diplomate, plutôt que sur un chef de guerre, puisque la mission n’est autre que de faire arrêter la guerre. L’autre chance qu’a eue Mankeur Ndiaye, c’est que quand il fut conseiller aux Nations unies, il a travaillé dans la commission des femmes qu’il avait parfaitement présidée en tant qu’homme. Ce qui a plaidé en sa faveur en cette période où la question du genre est extrêmement sensible dans les missions de maintien de la paix. Son passage au conseil de sécurité des Nations unies a aussi plaidé en sa faveur.

Réhabilitation des aéroports régionaux : un programme de 100 milliards lancé

Faire du Sénégal « le principal hub aérien » de l’Afrique de l’Ouest est l’ambition du Chef de l’Etat. Macky Sall a lancé, ce vendredi 21 décembre 2018 à Saint-Louis, le Programme de réhabilitation des aéroports régionaux du Sénégal (Pras) lors d’une cérémonie officielle qui, fut aussi l’occasion de poser la première pierre des travaux de reconstruction de l’aéroport de Saint-Louis. Le ministre des Transports aériens, Maïmouna Ndoye Seck, maîtresse d’oeuvre, a compté sur la présence de ses collègues de l’Enseignement supérieur, Mary Teuw Niane, et de l’Hydraulique Mansour Faye, par ailleurs maire de la ville de Saint-Louis.

Cinq aéroports pour 98 milliards Cfa

Il s’agit ici d’un important programme de « reconstruction complète » des aéroports concernés par le premier volet : Saint-Louis, Ourossogui/Matam, Tambacounda, Kédougou et Ziguinchor. Le coût global est de 98 milliards 979 millions de francs Cfa, dont 23 milliards pour uniquement celui de la vieille ville.

Les travaux consistent à réaliser une piste, des bandes de piste, un mur de clôture, une tour de contrôle, un bloc technique, une station météorologique, des équipements de navigation aérienne, un balisage, une aérogare passagers, un hangar de stockage des équipements et des véhicules, un bâtiment anti-incendie et enfin, des cuves à kérosène et la mise à disposition de camions citernes pour l’approvisionnement des avions.

Et selon le Chef de l’Etat, le démarrage de ce programme de reconstruction d’infrastructures aéroportuaires juste après le lancement de la deuxième phase du Plan Sénégal émergent (Pse) sur la période 2019-2023, est «tout un symbole».

Malgré les efforts importants déployés jusqu’ici, le président Sall estime que le Sénégal doit « aller de l’avant et combler son déficit » en matière d’infrastructures dédiées au trafic aérien interne. Lequel pour lui, « reste à ce jour le maillon faible de notre système de transport ». Il signale que sur la dizaine d’aéroports et aérodromes que compte le pays, « la plupart se trouve dans un état de dégradation avancée. Et aucun investissement n’y ayant été fait depuis plusieurs décennies ».

Le président d’ajouter : « un pays qui se veut émergent doit prendre de la hauteur en faisant du trafic aérien un moyen de transport au quotidien et à un coup abordable ».

«Un moyen de développer toutes les potentialités du pays»

Macky Sall précise que la reconstruction et la mise aux normes internationales des aéroports régionaux du Sénégal «ne répondent pas seulement aux soucis du transport rapide », c’est aussi un moyen de développer « toutes les potentialités minières, halieutiques et agricoles de nos terroirs, de dynamiser le tourisme et de faciliter la mobilité pour les activités liées à l’enseignement supérieur et aux soins de santé ».

C’est pourquoi, le président a fixé, comme échéance, la fin 2020, au plus tard, pour la livraison des aéroports de Saint-Louis et d’Ourossogui/Matam. Pour les autres, ce sera en 2023. Pour y arriver, Macky Sall a invité l’entreprise Tchèque Transcon, chargée des travaux, « à faire preuve de diligence dans le montage du projet et à garder le même élan en rapport avec les entreprises locales sous-traitantes dans l’exécution des travaux, pour une livraison aux échéances convenues ».

Il tient aussi à ce que toutes les entreprises engagées dans ces travaux répondent aux mêmes normes.

Les autres aéroports et aérodromes sont aussi concernés

Ce programme porte également sur la sécurisation et la mise à niveau des autres aéroports et aérodromes du pays, notamment ceux de Cap-Skiring, Kolda, Sédhiou, Linguère, Podor et Kaolack. Et le Chef de l’Etat révèle avoir pioché sur le budget consolidé d’investissement de 2019 les crédits nécessaires pour réaliser les études d’évaluation précédant les travaux.

Parcelles Assainies : Le gardien «violeur de gamine» condamné à 2 ans de prison ferme

S’il n’est pas possédé par le démon de midi, Talla Guissé n’en est pas loin. Gardien de son état résidant aux Parcelles Assainies, il faisait face, hier, au tribunal des flagrants délits de Dakar pour séquestration, viol et pédophilie à l’encontre de «la gamine» Fatou Tall Diop, une domestique de 15 ans. Malgré ses dénégations et la plaidoirie de son avocat, il a été condamné à 2 ans de prison, là où le procureur avait sollicité une peine de 5 ans ferme. Talla Guissé a aussi échappé aux dommages et intérêts (5 millions) demandés par la partie civile.

Narrant les faits devant le tribunal, la victime, selon Les Échos, y est allée par le menu : «Je me rendais à la boutique pur acheter du pain quand je l’ai croisé au rez-de-chaussée de l’immeuble où nous habitons. Après un bonjour, Talla m’a subitement saisi la main pour m’entrainer dans sa chambre et me projeter sur le matelas. Après avoir renfermé la porte, il m’a tenu la bouche pour m’empêcher de crier et a finalement réussi, malgré une farouche résistance, à satisfaire sa libido. Il a ensuite menacé de me tuer si j’en parlais à quelqu’un».

Prenant totalement le contre-pied de Fatou Tall Diop, le mis en cause a servi diamétralement opposée. «Ce 11 octobre, je l’ai rencontrée devant ma chambre, vers les coups de 8 heures alors que je m’apprêtais à aller au boulot, et je l’ai invitée à venir discuter un peu. Nous nous sommes embrassés et j’ai essayé de la pénétrer. Mais, mon pénis ne pouvait pas entrer dans son vagin». En tout cas, le certificat médical délivré par les agents du centre de santé Nabil Choucair a conclu que «la victime a la vulve souillée de sang noirâtre, des lésions hyménales récentes et des lésions érythémateuses».

L’État de Côte d’Ivoire et le Groupe Eranove signent une convention de concession pour une centrale électrique de 390 MW

Le Ministre du Pétrole, de l’Énergie et des Énergies Renouvelables, Monsieur Abdourahmane Cissé, le Ministre de l’Économie et des Finances, Monsieur Adama Koné, le Secrétaire d’État auprès du Premier Ministre chargé du Budget et du Portefeuille de l’État, Monsieur Moussa Sanogo, et le Directeur Général de la société Atinkou, Bernard N’Guessan Kouassi, en présence du Directeur Général du Groupe Eranove, Monsieur Marc Albérola, ont signé mercredi 19 décembre 2018, la convention de concession pour le financement, la conception, la réalisation, l’exploitation et la maintenance d’une nouvelle centrale électrique, intitulée Atinkou, qui signifie la maison de la lumière en langue Ebrié, dans la localité de Jacqueville près d’Abidjan, en Côte d’Ivoire.

Cette centrale électrique d’Atinkou s’inscrit dans la lignée de celle développée par Ciprel, un fleuron du groupe Eranove et un opérateur leader de la production électrique en Côte d’Ivoire. D’une puissance installée de 390 MW, Atinkou – également dénommée Ciprel 5 en référence justement aux quatre tranches de cette centrale exploitée depuis 1994 – utilisera la technologie du « cycle combiné » gaz-vapeur qui augmente l’efficience énergétique. Par ailleurs, Atinkou réalisera un saut technologique en introduisant les premières turbines à gaz de classe F en Afrique Subsaharienne. Ces innovations permettront notamment de produire plus d’électricité sans consommation additionnelle de gaz. Le coût de production de l’énergie électrique est ainsi optimisé et l’environnement préservé en réduisant le rejet de CO2 dans l’atmosphère.