• Envoyez vos Leaks, Alertes et Videos au +37362133275 (WhatsApp)

Kirikou

Au nom de la liberté d'expression, ce plateforme est ouvert à tous les lanceurs d’alerte sans aucune restriction, contrairement à la presse traditionnelle qui essaye d’être le plus souvent “politiquement correcte”.

Vous êtes victimes de racket de la part des forces de l’ordre? Vous êtes victimes d’injustices, d’abus de pouvoir ou de mauvais traitements? Vous avez des fuites ou autres informations sensibles? Faites le parvenir à koccbi.com la où tout se dit sans tabou. Avec koccbi tout est libre et gratuit.

Envoyez vos "leaks", videos et alertes au +37362133275 (WhatsApp)

Ils listaient des « filles faciles » sur WhatsApp : les administrateurs du groupe encourent une lourde peine…

L’affaire avait défrayé la chronique les dernières semaines : une liste de « filles faciles » circulait sur internet. Après différentes plaintes de personnes concernées, les éléments de la Division des investigations criminelles (Dic) ont neutralisé la mafia qui était à l’origine de la diffusion de cette liste des « filles faciles » de Dakar sur WhatApp. Dix personnes ont été interpellées et entendues finalement les autres étant des mineurs, ont étés relaxés.
Ce matin ils ont donc fait face au juge des flagrants délits de Dakar pour les délits d’association de malfaiteurs, collecte déloyale de données à caractère personnel, diffusion de ces mêmes données à travers internet et atteinte à l’image, à la dignité et à la réputation.
À la barre, les prévenus Cheikh B. Thioune Ndiaye Ibrahima Boye, Serigne M.Sall et Mamadou Guèye ont tous balayé d’un revers de main toutes les accusations à leur encontre.
Les parties civiles qui n’ont pas réclamé de dommages et intérêts, ont désisté de leur constitution de partie civile.
Le procureur convaincu de la culpabilité des prévenus, a requis une peine de 1 an dont 3 mois ferme.
Une peine que les avocats de la défense n’ont pas apprécié, raison pour laquelle ils ont plaidé à titre principal la relaxe pure et simple car la preuve de leur culpabilité n’a pas été rapportée et subsidiairement, une application bienveillante de la loi.
Le délibéré est fixé au 12 décembre prochain

Ahmet Khalifa Niass ne veut pas être enterré à Léona Niassène

Ahmet Khalifa Niass s’est battu pour que Sidy Lamine Niass soit inhumé à Léona Niassène, à Kaolack, et non à Yoff comme il l’aurait souhaité. Il avait menacé d’exhumer la dépouille de son frère s’il reposait au cimetière dakarois pour l’acheminer dans la capitale du Saloum, près des siens.

Hier, vendredi 7 décembre, les choses se sont déroulées comme il l’a souhaité. Le fondateur du groupe Wal fadjri repose désormais à Léona.

Mais juste après l’inhumation de Sidy, surprise ! Ahmet Khalifa Niass déclare que lui, à sa mort, ne veut pas être inhumé à la même place que son frère.

«Que je le dise aujourd’hui, avant qu’on ne dise qu’on me l’a fait dire : quand je serai mort qu’on ne m’enterre surtout pas à Kaolack, a déclaré Ahmet Khalifa Niass, repris par L’AS. Qu’on m’enterre à Niagga Niassène (vers le Lac Rose, Ndlr) ; j’ai déjà préparé mon tombeau.»

Le bel hommage de la fille médecin de Sidy à son père

Dans cette morgue de l’hôpital Principal, j’ai d’abord eu peur de rentrer, non par crainte des cadavres, j’en ai vu à ne plus savoir les compter

Seulement, j’avais peur de voir la couleur de ton âme. Puis cette porte s’est poussée, je t’ai aperçu et j’ai senti la peur d’avancer me quitter pour toujours. Ce visage radieux, ces lèvres pulpeuses, ces cils chérifiens sur ces yeux globuleux qu’on se targuait tous d’avoir hérité, doucement fermés comme lors d’une sieste d’après-midi d’été… Il n’y avait plus de doute, les tourments n’étaient que dans notre monde. Toi tu dormais paisiblement.

J’ai voulu te souffler à l’oreille : «Réveille-toi, tu as éteint les phares de mon monde en partant. Dehors, il fait si gris, certains visages se transforment déjà, regard noir et langue fumante, pourtant eux sont bien vivants. Le tien reste intact, imperturbable. Leurs silhouettes se trémoussent sur la même mélodie que celle des anges qui t’accompagnent dans un paradis en fête, mais le rythme est différent. Papa, pourquoi le leur ici-bas est-il si endiablé ? La valse autour de nous semble être à mille temps.»
Puis je caresse cette joue, plus remplie que d’habitude, ainsi que ce front éclatant. Et mon rythme cardiaque ralentit, je m’apaise, tu me parles enfin… Car je n’ai pas oublié cette prose, cette prière que tu m’as adressée le jour de l’anniversaire de ton idole, le Prophète (Psl). Ces phrases qui m’ont clouée au sol alors que j’ignorais qu’il s’agissait d’un au-revoir. C’était donc un au revoir… La différence entre les hommes est creusée par les prières que leur adressent leurs parents, nous disais-tu. Papa ! Mame Khalifa Niass (Rta) a dressé des parasols lumineux sur tout le chemin de ta vie, nous protégerons ce flambeau de la plus digne et de la plus religieuse des manières. Je m’envole donc l’esprit et le cœur légers comme la boite noire de ton existence.

Ô vous humains, ne fermez pas vos portes, ou alors tant pis claquez-les, l’écho résonnera tout de même bientôt dans vos oreilles, celui des prières exaucées de ce tendre père pour sa descendance.

Ta fille, ton médecin attitré

Zeïnabou NIASS SY

En état de grossesse très avancé, Déguène Diouf détourne la tontine et… Ibra voulait se marier avec …

En état de grossesse très avancé, Déguène Diouf détourne la tontine et prend 2 mois de prison ferme

Déguène Diouf n’est pas à son coup d’essai. Pour avoir détourné une partie de la tontine qu’elle avait organisée dans son quartier à Pikine, cette récidiviste, en état de grossesse très avancé, a été condamnée à 2 mois de prison ferme et à payer 988.000 F à la plaignante Ndoumbé Diagne. Elle comparaissait, hier, devant le juge des flagrants délits de Pikine, pour abus de confiance.

Si elle n’a pas de chance, Déguène Diouf risque d’accoucher en prison. En état de grossesse très avancé, cette célibataire a été condamnée, hier, par le juge des flagrants délits de Pikine à 2 mois de prison ferme pour avoir détourné l’argent de la tontine qu’elle avait organisée. Commerçante de son état, cette prévenue a, depuis 2003, commencé à organiser des tontines dans son quartier à Pikine. Ce faisant, courant 2016, elle a initié une nouvelle tontine avec 20 participants moyennant une cotisation mensuelle de 52.000 F par personne. Il était convenu que chaque membre devait recevoir un (1) million. Après que 13 personnes ont reçu leur part, Déguène Diouf, que certains plaignants accusent d’avoir détourné leur argent, n’a pu remettre à Ndoumbé Diagne et Ibra Sarr la part qui leur revenait de droit.

La prévenue Deguène Diouf accuse les autres membres de n’avoir pas cotisé

Aussi, ces derniers l’ont trainée devant le tribunal pour abus de confiance. Interrogée par le juge sur le non-respect de son engagement, Déguène Diouf a rejeté la faute sur certains participants de la tontine. «Lorsque les 13 participants ont reçu leur part, j’ai commencé à constater le retard de cotisations de certains d’entre eux. Pour mieux gérer la tontine, j’ai convoqué tous les membres en leur demandant de respecter leur engagement. Néanmoins, certains ont accusé du retard pour leurs cotisations mensuelles. Actuellement, il y a 8 individus et moi qui n’avons pas cotisé convenablement. J’avais prévu de donner à Ndoumbé Diagne 988.000 F au plus tard à la fin du mois de janvier 2019. Je lui demande de m’accorder ce délai pour que je puisse récupérer les cotisations de ceux qui ont accusé du retard», a déclaré cette dame au ventre arrondi, qui a eu à être condamnée pour des faits similaires à une peine assortie du sursis.

Ndoumbé Diagne accuse la prévenue d’avoir bouffé l’argent

Mais pour la plaignante Ndoumbé Diagne, la prévenue sert des bobards. «Elle raconte des histoires. Je me suis renseignée auprès de certains membres, qui m’ont informée que tous les participants ont cotisé convenablement. Mais, elle avait utilisé l’argent à des fins personnelles. Depuis le mois de juin dernier, je devais recevoir ma part qui est estimée à 1 million et non 988.000 F», a-t-elle laissé entendre, avant de demander son dû.

Ibra Sarr voulait se marier avec l’argent de la tontine

Ibra Sarr est plus amer. Et il a bien raison. En effet, voulant utiliser cet argent comme dot pour prendre une épouse, son mariage est finalement tombé à l’eau. «Du fait que j’avais prévu de me marier, j’ai accepté d’y adhérer. J’avais envisagé de recevoir ma part pour célébrer mon mariage au mois d’avril 2017. Après avoir cotisé pendant 12 mois, Déguène a commencé à me donner des rendez-vous sans jamais les respecter. Elle ne cessait de me promettre de me remettre mon argent, en vain. Depuis lors, je cours derrière elle pour récupérer ma part qui s’élève à 1.060.000 F, alors que la tontine est bouclée depuis le mois de juin 2018», a confié Ibra Sarr, dans sa lettre plainte déposée devant les enquêteurs.
Le juge, convaincu de sa culpabilité, l’a condamnée à 2 mois de prison avec le montant de 988.000 F de dommages qu’elle doit payer à Ndoumbé Diagne.

Fatou D. DIONE

Aïda Mbacké déférée au parquet ,

Placée en garde à vue samedi, Aida Mbacké, qui aurait avoué avoir tué son mari en le brûlant vif aux Maristes, sera déférée au parquet ce mardi 4 décembre. Selon Libération, qui donne l’information, l’enquête bouclée par la Brigade de Recherches conclut à un meurtre prémédité.
Cette affaire semble être prise très au sérieux par les autorités judiciaires. D’après L’AS, le procureur de la République, Serigne Bassirou Guèye, a rendu visite hier, lundi 3 décembre, à la suspecte à la brigade de Recherches de la gendarmerie de Faidherbe, pour s’enquérir de son état santé. Le journal croit savoir qu’elle risque le mandat de dépôt et d’être transférée au pavillon spécial de l’hôpital Le Dantec.

Décès de Sidy Lamine Niass : Le témoignage de Macky Sall

Le chef de l’Etat a régit suite au rappel à Dieu du patron du groupe de presse Walfadjiri Sidy Lamine Niass. Sur son compte twitter, Macky Sall exprime sa compassion à la famille du défunt.

« J’ai appris avec émotion la disparition de Sidy Lamine Niasse, grand nom de la presse sénégalaise, témoin actif des mutations et des luttes démocratiques de notre société. Ma compassion à sa famille, au groupe Walfadjri et à la presse du Sénégal. Qu’il repose en paix. »